octobre 2017
Musique

Les 5 albums à écouter en ce moment

Par Sophie Rosemont
Partage
« AHS » du duo Ibeyi, « 1992 DELUXE » de Princess Nokia, « FATHERLAND » de Kele Okereke... Voici les cinq albums à écouter absolument en ce moment.
 
En deux albums seulement, les soeurs franco-cubaines Lisa-Kaindé et Naomi Díaz imposent un nouveau language musical, polyglotte et épuré.
 
En 2015, les soeurs Ibeyi (« jumelles » en yoruba) sortaient leur premier album éponyme. Produit par leur mentor Richard Russell, directeur du célèbre label londonien XL (Adele, The XX), il brillait d’un R’n’B cristallin et tribal, chanté en yoruba, cette langue pratiquée dans les églises cubaines ou dans les villes nigérianes. Séduite, Beyoncé leur a alors demandé d’apparaître dans un de ses clips. Résultat, la presse anglo-saxonne ne peut désormais se passer d’Ibeyi, qui enchaîne les couvertures des magazines. Lisa-Kaindé et Naomi Díaz ont la petite vingtaine mais une maturité innée.
 
Sans doute grâce à leur éducation musicale, nourrie des chants de leur mère et des percussions de leur père, Angá Díaz (aujourd’hui disparu). Si l’on y rajoute leur charisme singulier, entre réserve et exubérance, soul vintage et rap contemporain, sourire et méfiance, on tient là de fortes personnalités qui ne demandent qu’à s’exprimer en unissant leurs voix célestes. Aujourd’hui, leur deuxième album Ash confirme tout le bien qu’on pensait d’elles. On y retrouve encore Richard Russell et des invités de marque : le saxophoniste Kamasi Washington (« Deathless »), le pianiste Gonzales (« When Will I Learn »), les chanteuses Me’shell Ndegeocello (« Transmission/Michaelion ») et Mala Rodríguez (« Me Voy »)… 
 
Porté par des hymnes d’une force vocale et mélodique devenues rare, tels « Away Away », « Numb » ou « No Man Is Big Enough for my Arms », le disque fait preuve de ce talent polyglotte propre au duo, entre anglais, yoruba et espagnol. Côté son, le R’n’B est à la fois organique et synthétique, avec des boucles et des beats hypnotisants. De Nina Simone à Kendrick Lamar, de James Blake à Solange Knowles, leurs influences s’y font entendre de loin, sans leur faire perdre leur identité. Ash est une expérience sonore, sensorielle et spirituelle dont on aurait tort de se priver. Et les soeurs Díaz entrent dans la cour des grandes, la tête haute.
 
Hip Hop
PRINCESS NOKIA, NOUVEAU MODÈLE DU RAP
Féministe et piquante, la bad girl de Harlem ne laisse pas indifférent.
La réédition augmentée (de huit titres !) de son disque 1992 offre un excellent prétexte pour revenir sur le parcours de cette nouvelle reine du hip hop. Née Destiny Fresqueri à Harlem il y a 25 ans, l’Afro-Portoricaine a passé son adolescence à dealer de l’herbe mais la volonté de réussir l’a rapidement titillée. D’autant qu’elle admire aussi bien M.I.A que les Riot Grrrls. À 17 ans, elle enregistre son premier morceau. Depuis quelques mois, le public et les médias ont saisi la force de son flow et de ses productions sous influence des années 90. Chouchoute du créateur de mode Alexander Wang, celle qui se fait désormais appeler Princess Nokia devrait aller loin.
 
Pop
AMADOU & MARIAM, L’HYMNE À LA JOIE
Le duo malien revient avec un 8e disque dansant et OUVERT sur le monde.
avec un titre aussi réussi que « Ta Promesse », à la fois naïf et mélancolique, lucide et rêveur, le couple malien prouve qu’il sait jouer avec les émotions de ses auditeurs. Après avoir travaillé avec Damon Albarn, Manu Chao, David Sitek (de TV on the Radio) ou Keziah Jones, Amadou & Mariam font appel à une tête inconnue du grand public, Adrien Durand, leader du groupe français Bon Voyage Organisation. Prenant très à coeur sa mission de producteur, il a fait du huitième album du duo un manifeste de pop synthétique ouvert sur la planète – de l’Afrique à l’Occident. Et en cela, il porte mal son titre (La Confusion) qui fait allusion aux méandres du monde qui nous entoure : l’oeuvre, elle, est limpide!
 
 
Folk-soul
KELE OKEREKE, APRÈS LA FÊTE
Dès le premier album de Bloc Party, le charisme de son chanteur et guitariste anglais Kele Okereke a explosé. Or, malgré le succès de son groupe de rock, il est cependant allé voir du côté de l’électro avec ses deux premiers solos, le superbe The Boxer et le moins convaincant Trick. Tout en oeuvrant à la reconstitution de Bloc Party… Avec Fatherland, Kele passe dans une autre dimension. Plus organique, moins électrique, d’obédience folk et soul. On y entend même, sur « You Keep on Whispering », des échos dub ! Le sentiment amoureux est omniprésent, tout comme l’infinie tendresse que l’on entend dans la berceuse « Savannah », dédiée à sa fille. Kele a rarement été aussi proche de ses origines dans ses chansons, comme en témoigne « Road to Ibadan », où il raconte son voyage au Niger pour aller voir sa grand-mère. Petit bonus, un duo avec Corinne Bailey Rae. Un très beau disque.
 
groove
LES VOYAGES DE TÉMÉ TAN
Tanguy Haesevoets a déjà une belle expérience de voyageur, entre Brésil, États-Unis et Guinée. Il a passé sa jeunesse entre Kinshasa et Bruxelles, et les rythmes africains n’ont jamais cessé de le hanter – même s’il aime autant la soul de la Motown que MC Solaar ou la samba. Résultat, son premier album éponyme est un savant mix de l’ensemble regorgeant de paroles francophones qui tiennent, elles aussi, bien la route !
 
 
Partage
À lire aussi dans TEMPS FORTS

Suivez-nous