Aller au contenu principal
Entretien

Angélique Kidjo
« J’aime la vie simple »

Par Sophie Rosemont - Publié en juillet 2021
Share
ANGÉLIQUE KIDJO « J’AIME LA VIE SIMPLE »
Angélique Kidjo « J’aime la vie simple » FABRICE MABILLOT

À l’occasion de la sortie de son nouvel album, Mother Nature, la chanteuse d’origine béninoise raconte l’écologie, la transmission, la famille et le rythme bien sûr, qui régissent sa vie comme sa musique…

Du moment où il y a du soleil, tout va bien… Mais il n’en faut pas trop non plus… Comme dans la vie, il faut un équilibre à tout », nous dit-elle. Ce jour-là, il faut beau, en effet. Même si, comme en témoigne son nouvel album, Angélique Kidjo n’est pas dupe des rayons solaires qui s’attaquent de plus en plus à notre planète. Quand, début 2020, elle a reçu un quatrième Grammy Award pour son album consacré à Celia Cruz, la chanteuse a décidé d’inviter sur son prochain disque non seulement des pointures anglo-saxonnes, comme Blue Lab Beats, mais aussi des artistes émergents du continent africain, tels Shungudzo, Burna Boy, Mr Eazi, Yemi Alade… Tous se mettent au diapason des rythmiques et des mélodies de la musicienne franco-béninoise, américaine d’adoption, qui, à 60 ans, ne semble guère prête à la retraite ! En témoignent son disque Mother Nature et un livre d’entretiens publié par les éditions du...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Pays de plus de 100 millions d’habitants, au cœur du continent, marqué par un fleuve qui court sur plus de 4 700 km, la République démocratique du Congo demeure un géant aux pieds d’argile. Gouvernance hasardeuse, mal-développement, en proie à la voracité de ses voisins comme d’une partie de ses élites… Le « projet » reste douloureusement inachevé et permanent. Les richesses et les atouts sont pourtant là : la population, le potentiel hydraulique, les mines et le sous-sol. Sans compter une créativité bouillonnante qui rayonne bien au-delà des frontières.

Publié en août 2021

Il fut le numéro deux ivoirien, destiné à devenir le numéro un. En juillet dernier paraissaient à Abidjan les mémoires d’Amadou Gon Coulibaly, décédé brutalement un an auparavant.Un récit écrit de septembre 2019 à mars 2020, devenu un témoignage intime, politique et bouleversant. Extraits.

Publié en août 2021

Première Tunisienne à intégrer l’Actors Studio, férue d’anthropologie et de cinéma, elle enchaîne peu à peu les castings et les productions outre-Atlantique et en Europe en imposant un éclectisme particulier et une silhouette de madone. Retour sur un début de success-story qui nous embarque de Tunis à New York, en passant par Palerme.

Publié en août 2021