Aller au contenu principal
Archi

Authentique
Kobina Banning

Par Luisa Nannipieri - Publié en janvier 2021
Share
DR
Projet d’habitat à usage mixte à Kumasi.DR

​​​​​​Ce Ghanéen installé en Arizona met sa CRÉATIVITÉ au service de la communauté et du lien urbain.

DR

IL FAIT PARTIE de cette génération d’architectes qui valorise l’approche environnementale et participative. Né au Ghana en 1979, Kobina Banning a terminé ses études en Arizona, où il continue d’exercer son activité, et a su se construire une solide réputation internationale. Avec ce projet d’habitat à usage mixte à Kumasi, il revient dans sa ville d’origine pour redynamiser le tissu urbain à travers un bâtiment vibrant d’énergie. Passionné depuis toujours par la façon dont l’architecture peut réfléchir la culture et l’identité d’une communauté, il a imaginé une façade intégrant des brise-soleil jaune pétant, renvoyant au pagne kenté et à la puissance de la civilisation ashanti. Éclatants la journée, éthérés la nuit, ils animent l’espace et font vivre l’édifice. La structure, moderne et aérée, s’ouvre sur le quartier, encadrant par de grandes verrières le paysage tropical de la « ville jardin ». Tous les matériaux sont locaux, et l’architecte collabore étroitement avec les artisans, comme le tisseur de bambou pour certains éléments de la façade ou les menuisiers pour les portes, taillées à la main. Une façon de valoriser et de faire évoluer le savoir-faire du territoire

 

Dans la même rubrique

Le Musée du quai Branly examine le lien entre plus de 150 ŒUVRES CONTEMPORAINES et les arts africains anciens. «UN PATRIMOINE, cela se défait, cela se triture, cela se recompose, cela se réinvente continûment. ».Ces mots du philosophe sénégalais Souleymane Bachir Diagne, dans un texte consacré à l’événement, résument le but que s’est fixé le commissaire de l’exposition, Philippe Dagen : proposer une scénographie conversationnelle mettant en lumière les relations entre la création actuelle et les arts africains anciens.

Publié en février 2021

Changer de vie non pas une, ni deux, mais trois fois. Se reconstruire entièrement pour aller de l’avant. Survivre à l’accident, à la maladie aussi. Pour Steves Hounkponou, « instapreneur », consultant, styliste, c’est une réalité. Et une attitude de vie qu’il partage dans sa biographie, récit cinglant des coulisses de la mode et précis de réussite individuelle.

Publié en février 2021

LE MAÎTRE MALIEN ACCORDE LA BEAUTÉ de sa kora aux harmonies d’autres cultures. Dans son dernier single « Frotter les mains », extrait de l’album Djourou, le virtuose dialogue avec le rappeur Oxmo Puccino.

Publié en février 2021