Aller au contenu principal
Business

Daouda Coulibaly
« Le taux de croissance attendu pour 2021 est au-delà de 6 % »

Par Francine Yao - Publié en septembre 2021
Share

Selon le patron de l’APBEF-CI, les banques continuent de jouer un rôle déterminant dans l’économie, malgré les effets de la crise  du Covid-19.

AM : Quelle place occupe aujourd’hui le secteur  bancaire dans l’économie ivoirienne ?

img
Daouda Coulibaly.DR

Daouda Coulibaly : Il est dynamique et prouve tous les jours  qu’il dispose de bases solides. De 2011, année de sortie de crise,  à fin 2020, les dépôts et les crédits ont progressé respectivement  de 80 % et 75 %. Ces dernières années, la trentaine de banques  et établissements financiers que compte le pays a ouvert des  agences à Abidjan et dans de grandes villes de  l’intérieur, et nous faisons partie des domaines  qui  embauchent  le  plus.  C’est  un  secteur  en croissance, à l’image du pays depuis une  dizaine d’années. Il participe de façon importante au développement de la Côte d’Ivoire.  En plus de financer les entreprises et les particuliers, nous avons augmenté notre soutien à  l’État lors de la crise du Covid-19, à travers des  émissions du Trésor public. Enfin, nous assis- tons aussi à l’essor d’une classe moyenne, qui  a besoin d’être accompagnée.

La crise sanitaire a entraîné un  ralentissement de l'activité économique.  Quel a été l'impact sur les banques ?

Globalement, le total du bilan des banques a augmenté en  2020 par rapport à 2019. Le total des crédits et dépôts égale- ment. Ils ont respectivement progressé de 7 % et 25 %. Toutefois,  le secteur bancaire a été tout aussi impacté, comme d’autres,  par cette pandémie. Nous avons dû prendre, à cet effet, des  mesures et nous réorganiser pour faire face à cette nouvelle  situation afin de continuer à travailler et d’assurer notre mission de service public. Nous avons financé des clients (des  personnes physiques comme des sociétés), qui se sont retrouvés  en  difficulté,  alors  que  nous  aurions  pu  les  déclasser.  Heureusement pour l’économie, la BCEAO [Banque centrale  des États de l'Afrique de l'Ouest, ndlr] a pris des mesures pour soulager les entreprises, en leur offrant notamment un report  d’échéance de trois mois renouvelable une fois. L’État a égale- ment mis en place des mesures d’accompagnement des entre- prises impactées, à travers des guichets dédiés visant à aider  les PME et les entreprises en difficulté. Ces mesures ont permis de sauvegarder le tissu économique et de limiter la casse.  L’ensemble de ce dispositif a permis aux banques et aux établissements financiers de tenir, avec des résultats  globalement plutôt en hausse à ce jour. Mais attention, la pandémie continue de sévir et induit encore  des effets de récession dans le monde, et donc, par  ricochet, ici. Son impact sur certaines sociétés ne se  fera sentir que fin 2021, mais aussi dans les années  à venir. Il faut donc rester prudent.

Afin de juguler les effets de la crise,  le gouvernement a créé plusieurs fonds pour  soutenir les entreprises. Le secteur bancaire  est-il impliqué dans leur mise en place ?

Absolument. Nous étions représentés dans les  deux comités de gestion (pour les entreprises et les  PME) créés à cet effet. Deux mécanismes ont été  mis en place pour soutenir les PME : un finance- ment direct venu des fonds et un fonds de garantie des PME couvrant 50 % des prêts octroyés aux entreprises par les banques.

Que répondez-vous aux chefs d’entreprise qui  estiment que l’accès au crédit reste encore difficile et  contraignant ? Que font les banquiers pour assouplir leurs  conditionnalités et réduire les taux d’intérêt des crédits ?

Sur le sujet du financement, nulle part au monde, vous ne  rencontrerez un homme d’affaires qui soit satisfait des conditions  que proposent les banques. Cela dit, il faut relativiser cet aspect.  Certes, beaucoup reste à faire, mais beaucoup a été fait. Avant la   pandémie du Covid-19, entre 2018 et 2019, le financement en  direction des PME a progressé de 24 %. En 2020, malgré la crise économique, les financements de PME ont progressé de  3 %. Ce chiffre est certainement bas, mais au regard de la crise,  il faut se féliciter qu’il n’ait pas été en recul, les PME étant parmi  les premières victimes. Il faut également, sur ce premier volet,  évoquer le taux de créances impayées chez les PME, qui reste  très important : un peu plus de 12 % en 2019 et 2020. Ces taux  sont élevés par rapport à ceux des pays développés. Nous devons  faire une sélection rigoureuse des entreprises demandeuses de  crédits pour permettre à nos déposants de rentrer en possession  de leurs liquidités quand ils en ont besoin. Le secteur bancaire  montre de plus en plus d’intérêt pour les PME qui sont structurées, organisées et capables de faire face à leurs engagements.  Cela implique que de l’autre côté elles doivent faire des efforts  en matière d’organisation, de bonne gouvernance et de respect  de leurs engagements. Le taux de crédit est fixé en fonction de  plusieurs paramètres dont les plus importants sont le coût de  collecte des ressources (dépôts) et le taux de dégradation du  portefeuille que nous avons abordé plus haut. Pour revenir au  coût des ressources, pour collecter un dépôt à terme (DAT) d’une  durée de cinq années sur notre marché, les banques doivent  proposer des rémunérations qui sont supérieures au taux de 5 %.  À ce coût de collecte, il faut ajouter le coût du risque, la rémunération des fonds propres, les frais de gestion, et enfin la marge  bénéficiaire. Nous vous laissons le soin de faire vos simulations.

Quels sont les mécanismes innovants et les réformes  mis en œuvre pour dynamiser davantage votre secteur ?

Une trentaine d’établissements bancaires opèrent en Côte  d’Ivoire. Chacun a sa spécialité, ses ambitions, ses points forts  et ses points faibles, dans un contexte de vive concurrence.  Les banques ont intégré la digitalisation comme un pan impor- tant de leurs activités. Cela a été accéléré avec la pandémie de  Covid. Il y a également beaucoup d’innovations en matière de  conseils et de formation de nos clients.

Quelles sont les perspectives de l’économie  nationale et quelle contribution les banques  pourraient apporter pour atteindre  l’émergence visée par le gouvernement ?

Les perspectives sont bonnes si la Côte d’Ivoire continue  sa croissance. Pour preuve, malgré la parenthèse du Covid-19,  le taux de croissance attendu pour 2021 est au-delà de 6 %.  Le secteur bancaire a un rôle essentiel à jouer en finançant les  entreprises et les PME existantes ou en création, l’État à travers  ses grands projets et ses besoins directs via le Trésor, et enfin  les particuliers, avec une classe moyenne de plus en plus importante, qui a besoin de consommer. Bref, vous l’aurez compris,  il faut un secteur bancaire fort pour accompagner tous ces  besoins. Et le nôtre est solide. Il vient d’ailleurs d’être renforcé  par le passage aux normes de Bâle II et III.

AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

La capitale économique s'impose comme un carrefour artistique rare, riche, dense, porté par les initiatives privées, où résonnent des voies d’expression remarquablement variées. Un melting-pot vivace qui incite les pouvoirs publics à s’engager plus concrètement dans ce secteur

Publié en septembre 2021

Des stylistes audacieux, de toutes les générations, réinventent leur métier en brassant les influences et en modernisant les techniques traditionnelles. Rencontres en textes et en images.

Publié en septembre 2021

L'entrepreneur et propriétaire du concept store Dozo est à l’origine de La Sunday. Ce mouvement culturel l’a rendu célèbre dans les milieux branchés du continent et au-delà, via la diaspora.

Publié en septembre 2021