Aller au contenu principal
Images

En cinq couleurs

Par Fouzia Marouf - Publié en octobre 2020
Share

« COLORS OF AFRICA » met en avant la richesse de la photographie africaine contemporaine via le travail de cinq artistes phares, dont l’Anglo-Marocain Hassan Hajjaj.

ÉDIFIER UNE GALERIE-MONDE ouverte à la planète art aux quatre coins du globe, tel est le défi de la 193 Gallery. Née en 2018, sous l’impulsion de César Lévy qui sillonne les continents en quête d’œuvres représentatives de leur pays, cette galerie parisienne met en lumière la création contemporaine au fil d’un world tour incessant.

« Colors of Africa », exposition photographique qui se tiendra du 22 octobre au 13 décembre prochain, témoigne d’une volonté de prendre le pouls battant du continent en réunissant cinq artistes de talent: Hassan Hajjaj (Maroc), Thandiwe Muriu (Kenya), Derrick Boateng (Ghana), Ebuka Michael (Nigéria), ainsi que Nyaba Ouedraogo (Burkina Faso).

On y découvre des thématiques et des regards variés au fil de compositions et de portraits colorés, pêchus, pop, emplis de vitalité : l’univers singulier et les propos engagés d’Hassan Hajjaj dialoguent avec les tonalités vives, les lignes féminines des œuvres de Thandiwe Muriu. On est transportés par les images jubilatoires, chargées d’énergie et audacieuses d’Ebuka Michael et de Derrick Boateng, autour d’une nouvelle esthétique qui raconte une Afrique jeune et en mouvement. Enfin, Nyaba Ouedraogo, avec son don de coloriste, propose une interprétation inattendue du masque lié au corps dans sa série charnelle Le visible et l’invisible, réalisée à Ouagadougou lors du confinement.

Intense, l’exposition « Colors of Africa », à travers des couleurs clés, propose autant de portes ouvertes vers les œuvres d’artistes essentiels qui fédèrent les Afriques, au-delà des frontières et de la crise HASSAN sanitaire actuelle.

Dans la même rubrique

Du 6 au 17 juillet, le 74e Festival de Cannes a fait une belle place aux créateurs du continent. Et de nouvelles tendances se dessinent côté production.

Publié en juillet 2021

« Les projets africains OUVRENT LES YEUX au public » JUSQU’AU 21 NOVEMBRE, Venise accueille la 17e Biennale d’architecture. Une édition intitulée « How Will We Live Together? », qui interroge sur les problèmes de notre société. Parmi les 112 participants de 46 pays, on retrouve beaucoup de jeunes cabinets africains, comme Atelier Masomi (Niger) ou Cave_Bureau (Kenya). Nous avons rencontré le commissaire de l’événement, Hashim Sarkis, architecte libanais et professeur au MIT.

Publié en juillet 2021

À 31 ans, l’Américano-Zimbabwéenne sort son premier ALBUM au titre éloquent.

Publié en juillet 2021