octobre 2016
TALENTS

Graines de stars

Partage

Formés au pays, ces hommes et femmes veulent aller le plus loin possible. Avec, pour objectif principal, de briller et faire gagner les sélections nationales.  

Gaëlle Déborah Enganamouit

Soulier d’or du championnat suédois 2015 avec 18 buts, Ballon d’or africain 2015, nominée pour la « footballeuse de l’année BBC 2016 », Gaëlle Enganamouit, 24 ans, est avant tout une lionne. Indomptable bien sûr, parfois jusqu’à la caricature. Crinière blonde arborée crânement, elle impressionne surtout par sa combativité sur le terrain. Détectée très tôt, à 11 ans, pour son talent  et sa détermination dans le jeu, elle intègre dès 2003 le Tonnerre Kalara Club de Yaoundé, avant d’être transférée au Lorema Football Club de la même ville l’année suivante. C’est le début d’une évolution et d’une progression sans faute, qui la mènent au ŽFK Spartak Subotica (Serbie), en 2012. Aujourd’hui attaquante fétiche du club suédois FC Rosengård de Malmö (cinq fois champion lors des sept dernières saisons), « Shooting Queen », comme on la surnomme, a déjà une carrière bien  remplie et riche d’anecdotes et faits marquants. Comme celui d’être l’auteur du but le plus rapide de l’histoire du football féminin après seulement trois secondes de jeu ! C’est sur son expérience que l’équipe camerounaise – vice-championne d’Afrique en 1991, 2004 et 2014, deux fois troisième – mise afin de tenter d’arracher son premier sacre sur le continent. La joueuse est d’ailleurs volontiers comparée à son compatriote Samuel Eto’o, meilleur buteur de l’histoire de la Coupe d’Afrique des nations.  

Gabrielle Aboudi Onguéné

Surtout, ne vous fiez pas à ses airs angéliques. Sur un stade de football, Gabrielle Aboudi Onguéné, 27 ans, est une véritable terreur pour les défenses adverses. Ses coéquipières ne tarissent pas d’éloges sur ses capacités balle au pied, avec une vitesse phénoménale, un sens du dribble inné ou sa puissance de tir au but. Son secret : avoir longtemps joué au football avec les garçons dans les rues impitoyables de Douala, avant d’être repérée et insérée – quasiment de force – dans sa première équipe féminine : le Ngondi Nkam de Yabassi. Nous sommes en 2005 et Gabrielle a 16 ans. Ses prouesses sont telles qu’elle rejoint la même année le mythique Canon Filles de Yaoundé puis, à 18 ans, la sélection nationale. Depuis,  elle est l’un des rouages essentiels de la machine à gagner qu’est devenue l’équipe des Lionnes indomptables. En 2015, elle a quitté Louves Minproff (Yaoundé), son dernier club local, pour signer avec le WFC Rossiyanka  (à Krasnoarmeïsk, dans la région de Moscou), une équipe de première division russe. Son voeu comme pour le reste de l’équipe : garder le trophée au Cameroun au soir de la finale de la CAN féminine.  

Adolphe Teikeu

Au sein de la sélection nationale qu’il a intégrée pour la première fois en mars 2016 contre l’Afrique du Sud, Adolphe Teikeu arbore non sans fierté le numéro 5. Dans la lignée des grands défenseurs de l’impressionnante histoire des Lions indomptables (Rigobert Song, Nicolas N’Koulou, Pierre Womé…), il a montré lors de ses premières prestations sous les couleurs nationales qu’il pouvait faire efficacement barrage aux offensives adverses. S’il est sûr de lui  en défense et en impose par sa technique rythmée de tacles vigoureux mais dans l’esprit du jeu, c’est aussi en raison d’une expérience acquise dans les championnats où le football est rude. Après le Fovu de Baham (Cameroun), Adolphe s’est envolé pour l’Ukraine en 2009, et a aussi effectué deux brèves expériences en Russie. Désormais engagé en France au FC Sochaux-Montbéliard, ses qualités humaines ont vite été reconnues en plus de son talent de footballeur. C’est donc comme capitaine de l’équipe de Sochaux qu’il porte désormais ses coéquipiers. Un tempérament de rassembleur qui ne sera pas de trop au sein des Lions indomptables, abonnés aux querelles de vestiaires.

Clinton Njie

«L’Olympique de Marseille (OM) tient son renfort offensif en la personne de Clinton Njie. L’attaquant camerounais est bien connu en Ligue 1, puisque c’est à Lyon qu’il a éclos avant de rejoindre la Premier League la saison dernière. » C’est en ces termes que l’OM a annoncé sa principale prise du mercato 2016, le 31 août dernier, « prêtée avec option d’achat » par le club anglais de Tottenham, qu’il a rejoint en 2015. Le natif de Buéa, ancien de l’école de football des Brasseries du Cameroun, a été détecté à 13 ans, et a peaufiné sa technique au centre de formation de l’Olympique lyonnais (OL). Il signe son premier contrat professionnel avec le club en 2013. « Ce qui m’avait marqué, c’est sa vitesse. Dans le football moderne, il faut trois choses : la vitesse, la technique et l’intelligence.  Clinton a ces trois qualités », se souvient Patrice Girard, responsable du recrutement de l’OL en Afrique. Les principaux atouts du joueur de 23 ans résident dans sa capacité à être décisif tant en points que sur l’aile, à produire un jeu agréable à regarder mais surtout efficace, avec un sens du but qu’il a prouvé dès sa sélection en équipe nationale camerounaise en 2014.  

André Onana

Voici l’un des produits phares de l’écurie de Samuel Eto’o, Fundesport. À 20 ans, André fait le bonheur des supporters d’Ajax Amsterdam. Tout au long de la dernière saison, il s’est montré indétrônable dans les buts de l’équipe B du club néerlandais, et confirmé qu’il a bel et bien un avenir dans la sélection nationale de son pays. D’autant que, convoqué plusieurs fois chez les Lions espoirs, il a eu l’opportunité de montrer tout son talent : plongeons et détentes spectaculaires sur les balles aériennes, sorties osées et précises pour les attaques au sol. Après la fondation Samuel Eto’o, il a séjourné au centre de formation de la Masia du FC Barcelone avant d’être vite surclassé au sein de l’équipe des moins de 19 ans du Barça. L’Union des associations européennes de football (UEFA) Youth League lui donne l’occasion de briller, et sollicité de toutes parts, il finit par choisir l’Ajax d’Amsterdam en janvier 2015, pour trois ans. Le poste de gardien de but étant une fonction qui mise sur l’expérience, Onana sait que le temps joue pour lui. Et s’il est déjà très apprécié pour son jeu, il le sera certainement davantage à l’horizon de la CAN 2019.  

Agnès Nkada

A21 ans, Agnès Nkada est une véritable pépite, à en croire le sélectionneur de l’équipe nationale féminine de football du Cameroun. Pour Carl Enow Ngachu, Agnès est « la joueuse la plus polyvalente de l’équipe nationale. Elle joue partout, aux postes de gardienne, arrièrecentrale et en attaque. Elle a beaucoup de qualités, nous avons travaillé et elle s’améliore énormément. Elle est intelligente et très technique ». Autant dire qu’une partie du parcours du Cameroun dépendra de ses performances. À ce sujet, l’opinion publique est plutôt optimiste, se souvenant des quatre buts qu’elle a inscrits à la Coupe du monde militaire de football féminin cette année, et qui lui ont valu le titre de meilleure buteuse du tournoi. Cet été, elle a entamé une carrière professionnelle en France au sein du FC Lorient (deuxième division).  

Partage
À lire aussi dans DECOUVERTE
CAMEROUN LE FESTIVAL DES CAN L'aventure commence... Tous avec les Lionnes !
CAMEROUN LE FESTIVAL DES CAN INFRASTRUCTURES La qualité dans les délais
CAMEROUN LE FESTIVAL DES CAN SUPERVISION La CAF donne son feu vert
CAMEROUN LE FESTIVAL DES CAN LÉGENDE Il était une fois les Lions indomptables

Suivez-nous