Président du Niger

Issoufou Mahamadou

Par Cherif Ouazani - Publié en
Share
HENRI SZWARC/ABC/ANDIA.FR - STEPHEN SHAVER/UPI/ABACAPRESS.COM

Ils sont au coeur des crises et doivent relever un défi multiple : militaire, sécuritaire, économique.
 
LE MAILLON « STABLE »
À 67 ANS, L’ANCIEN INGÉNIEUR des Mines devenu chef de l’État, en avril 2011, a fait de la si rustique Niamey une cité moderne, capable d’accueillir, en juillet 2019, un événement de l’ampleur d’un sommet de l’Union africaine (UA). Capacité hôtelière, inauguration d’un aéroport moderne, infrastructures de base… le pays se transforme. Le président est parvenu par ailleurs à apaiser les relations entre le pouvoir politique et une armée réputée putschiste. Malgré la récente embuscade, qui a coûté la vie à 28 soldats nigériens de la force conjointe, le 14 mai, on peut dire que le Niger s’impose comme le maillon stable de l’alliance, ou le moins vulnérable des cinq qui composent le G5. Un résultat d’autant plus méritoire si l’on relève que la menace sur la sécurité du pays vient du nord, avec une Libye hors de contrôle, de l’ouest, avec un Mali en butte à ses démons contagieux, mais aussi du sud, avec un Nigeria dépassé par l’effet Boko Haram.