Aller au contenu principal

L’Égypte, nouvelle start-up nation

Par Jean-Michel Meyer - Publié en août 2021
Share

Un mouvement inédit de création d’entreprises a pu émerger grâce à un cadre de plus en plus favorable et l’intérêt croissant des investisseurs.

Paymob, Dayra, NowPay, Fawry, MoneyFellows, MNT, MoneyHash, Tejarra… L’Égypte est en train de devenir une pépinière pour les start-up technologiques. Un dynamisme qui fait scintiller le pays sur le radar du capitalrisque mondial, menaçant les positions de l’Afrique du Sud, du Nigeria et du Kenya.

De janvier à juin 2021, les start-up égyptiennes ont levé près de 190 millions de dollars, soit autant que les fonds qu’elles avaient récoltés tout au long de l’année 2020. Signe de cette tendance, 34 start-up ont levé 22 millions de dollars au premier trimestre de cette année, le double du montant réuni par 24 start-up au quatrième trimestre 2020. Les sociétés opérant dans les domaines de la santé, du commerce électronique et de la fintech ont accumulé près de 60 % du total des montants levés. Les opérations se succèdent, comme celle du fournisseur de paiements numériques Paymob, leader sur le marché égyptien, qui a décroché 18,5 millions de dollars auprès d’investisseurs au printemps. Ou encore celle de Trella, une société cairote qui réinvente le transport en camion (du choix de l’itinéraire...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Cette technologie clé de la quatrième révolution industrielle a tout pour devenir un outil majeur du développement sur le continent.

Publié en octobre 2021

Avec la start-up de paiements en ligne, la fintech africaine tient une nouvelle licorne, ces jeunes pousses valorisées à plus de 1 milliard de dollars.

Publié en octobre 2021

Les États les plus avancés économiquement commencent à surmonter les effets de la pandémie de Covid-19, mais les pays africains ne jouent pas à armes égales.

Publié en octobre 2021