Aller au contenu principal
Mode

Maison Mbosso
Casual mais chic

Par Luisa Nannipieri - Publié en janvier 2021
Share
img
Christèle Mbosso.DR

Cette jeune marque londonienne puise dans L’HÉRITAGE ET L’IDENTITÉ AFRICAINES pour créer des vêtements urbains pour hommes, à porter au quotidien.

MAISON MBOSSO est un tout jeune label qui s’est fait connaître en 2019 avec sa première collection, Skaters of Africa. Née d’une idée de la créatrice et fondatrice de la marque Christèle Mbosso, lors de sa dernière année au London College of Fashion, la collection mélange des vêtements traditionnels avec des pièces essentielles d’une garde-robe contemporaine. Elle s’inspire de la culture des skateurs en dépareillant les tissus, les imprimés et les détails, exploite la superposition des matières et propose des pièces à porter surtout en extérieur. L’un des éléments principaux de cette ligne est en effet le sarrau, dans une version qui n’hésite pas à mélanger tissu brut et réinterprétation du concept de logo à travers des graphismes traditionnels. Pour l’instant, seule une petite partie des matériaux utilisés par la griffe, basée à Londres, sont africains, le reste étant européen. L’un des critères de leur sélection est leur durabilité : petit à petit, Christèle Mbosso, née en Suisse dans une famille congo-angolaise, espère créer un réseau d’artisans africains écoresponsables, en mesure de lui fournir des tissus de qualité. En attendant, la styliste veille par exemple à mettre l’accent sur des pièces sélectionnées au marché de Makola, à Accra, comme les grands chapeaux de paille utilisés lors des shootings. Pour sa prochaine collection, Brown City, dont la sortie a été retardée par la pandémie, la designeuse a prévu d’utiliser du tissu d’écorce (ou barkcloth), en provenance d’Ouganda. Cette deuxième ligne sera un hommage au peintre afro-américain Noah Davis et à la diaspora du continent. On y retrouvera des techniques de couture africaines et européennes, des couleurs éclatantes et des dessins intriqués, qui mettront en valeur les magnifiques perles artisanales du Kenya.

Dans la même rubrique

Le Musée du quai Branly examine le lien entre plus de 150 ŒUVRES CONTEMPORAINES et les arts africains anciens. «UN PATRIMOINE, cela se défait, cela se triture, cela se recompose, cela se réinvente continûment. ».Ces mots du philosophe sénégalais Souleymane Bachir Diagne, dans un texte consacré à l’événement, résument le but que s’est fixé le commissaire de l’exposition, Philippe Dagen : proposer une scénographie conversationnelle mettant en lumière les relations entre la création actuelle et les arts africains anciens.

Publié en février 2021

Changer de vie non pas une, ni deux, mais trois fois. Se reconstruire entièrement pour aller de l’avant. Survivre à l’accident, à la maladie aussi. Pour Steves Hounkponou, « instapreneur », consultant, styliste, c’est une réalité. Et une attitude de vie qu’il partage dans sa biographie, récit cinglant des coulisses de la mode et précis de réussite individuelle.

Publié en février 2021

LE MAÎTRE MALIEN ACCORDE LA BEAUTÉ de sa kora aux harmonies d’autres cultures. Dans son dernier single « Frotter les mains », extrait de l’album Djourou, le virtuose dialogue avec le rappeur Oxmo Puccino.

Publié en février 2021