Aller au contenu principal
Covid-19

Olivier Vallée
«Afin de surmonter la crise, soyons innovants ! »

Par Cédric Gouverneur - Publié en décembre 2020
Share
DR

Économiste et consultant international, Olivier Vallée étudie notamment les problématiques liées aux matières premières en Afrique. Auteur de plusieurs livres sur la monnaie, la dette, les questions financières et les matières premières, il répond aux interrogations d’Afrique Magazine concernant la reprise économique postpandémique sur le continent. Circonspect vis-à-vis de la Banque mondiale, dont il déplore « le manque d’ambition et d’autocritique », il appelle à innover afin de surmonter la crise.

 

​​​​​​​

AM Les pays dont l’économie dépend trop d’une seule ressource sont les plus impactés : plus que jamais, cette crise sanitaire montre-t-elle l’importance de la diversification économique ?

Olivier Vallée : La diversification économique est un mantra depuis le rapport Elliot Berg [la Banque mondiale y prônait en 1981 la libéralisation économique en Afrique et a ouvert la voie aux très critiqués plans d’ajustement structurel, ndlr]. Mais aucune politique de l’aide internationale n’a jamais concentré les ressources financières sur cet objectif. Le rapport Africa’s Pulse continue à réclamer un investissement dans les infrastructures. Or, paradoxalement, cet investissement a été réalisé par les Chinois. Et la financiarisation du Nigeria et de Maurice démontre que des étapes ont été sautées, permettant la poursuite d’une mondialisation de l’économie africaine. L’économie financière de ces deux pays est en effet en avance sur les modèles bancaires européens : transactions plus libres, moins lourdes, emprunts avec des produits structurés, compensation, actionnariat international, etc. En France, les banques étranglent leurs clients, au risque de les voir partir vers les banques en ligne !Ce n’est pas la première fois que la « monodépendance » est pointée du doigt. Comment expliquer les blocages à une véritable diversification économique ?

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Après le succès de ses ouvrages autobiographiques Famille nombreuse et Nos vacances au bled, la bédéiste signe un nouveau roman graphique, Rien à perdre. Avec son ton léger et sa délicatesse, elle raconte la souffrance causée par sa forte poitrine et expose un sujet encore tabou.

Publié en février 2021

Témoins de premier plan, ils et elles sont économistes, politiciens, membres de la société civile ou observateurs extérieurs, et analysent pour Afrique Magazine les embûches qu’a dû affronter le pays durant cette décennie historique, qui a vu fleurir un début de démocratie.

Publié en février 2021

Depuis trente ans, l’archevêque de Douala cultive une passion pour les plantes, avec lesquelles il guérit des milliers de malades. Il a mis au point un traitement contre le Covid-19 (non homologué), plébiscité localement. Et nous raconte l’histoire de sa « potion », dont il garde farouchement le secret de la composition.

Publié en février 2021