Aller au contenu principal
Rencontre

Samir Guesmi
« L’écoute est essentielle »

Par Astrid Krivian - Publié en janvier 2021
Share
img
PAUL GRANDSARD/INSTITUT LUMIÈRE/SAIF IMAGES

L’acteur à la filmographie foisonnante passe derrière la caméra avec un premier film bouleversant, Ibrahim, portrait d’une relation complexe entre un père et son fils. Sélectionnée à Cannes en 2020, cette œuvre empreinte de délicatesse marque la naissance d’un réalisateur.

Au fil d’une carrière prolifique, il est devenu un visage incontournable du 7e art français, des films dits « grand public » au cinéma d’auteur. Né en 1967 à Paris, Samir Guesmi traîne son ennui et sa quête d’absolu quand il tombe sur un cours d’art dramatique, à l’âge de 20 ans : l’étincelle jaillit. Depuis, sa présence singulière et son jeu subtil, nuancé, se distinguent notamment devant l’objectif d’Alain Gomis, Bruno Podalydès, Sólveig Anspach ou Noémie Lvovsky, mais aussi sur les planches ou à l’affiche de séries à succès (Engrenages, Les Revenants). Entre deux rôles, il nourrit une autre passion, l’écriture, qui le mène à réaliser un court-métrage, C’est dimanche !, en 2008, révélant un vrai regard de cinéaste. Cette maturité se confirme avec son premier long, Ibrahim, qui a figuré en compétition officielle à Cannes et a été multiprimé au Festival du film francophone d’Angoulême. PAUL Le pitch ? À Paris, de nos jours...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Après le succès de ses ouvrages autobiographiques Famille nombreuse et Nos vacances au bled, la bédéiste signe un nouveau roman graphique, Rien à perdre. Avec son ton léger et sa délicatesse, elle raconte la souffrance causée par sa forte poitrine et expose un sujet encore tabou.

Publié en février 2021

Témoins de premier plan, ils et elles sont économistes, politiciens, membres de la société civile ou observateurs extérieurs, et analysent pour Afrique Magazine les embûches qu’a dû affronter le pays durant cette décennie historique, qui a vu fleurir un début de démocratie.

Publié en février 2021

Depuis trente ans, l’archevêque de Douala cultive une passion pour les plantes, avec lesquelles il guérit des milliers de malades. Il a mis au point un traitement contre le Covid-19 (non homologué), plébiscité localement. Et nous raconte l’histoire de sa « potion », dont il garde farouchement le secret de la composition.

Publié en février 2021