Aller au contenu principal
Interview

Souleymane Bachir Diagne
« Je suis enfin parvenu à dire "je" »

Par Fouzia Marouf - Publié en juin 2021
Share

Il a choisi la plume pour dire la complexité humaine, celle de la pensée musulmane et du soufisme, les questionnements aussi qui tiraillent l’Afrique et l’Occident. En avril dernier est parue Le Fagot de ma mémoire, autobiographie dans laquelle le philosophe sénégalais se confi e en toute liberté sur son chemin et sur l’urgente nécessité de valoriser l’islam des Lumières.

En me replongeant dans mon histoire, je me suis rendu compte à quel point les livres ont nourri ma vocation d’enseignant. EDOUARD CAUPEIL/PASCO
EDOUARD CAUPEIL/PASCO

Philosophe sénégalais, cet observateur avisé de l’aventure humaine est aussi spécialiste de l’histoire de la pensée en islam. Ce citoyen du monde a vécu à Dakar, Paris, Chicago, et réside actuellement à New York où il dirige depuis 2018 l’Institut d’études africaines de la prestigieuse université de Columbia à New York. Son dernier essai, En quête d’Afrique(s) : Universalisme et pensée décoloniale, coécrit avec l’anthropologue Jean-Loup Amselle, interpellait avec vivacité les rapports entre l’Afrique et l’Occident. Originaire de Saint-Louis, inspirant pour les futures générations, Souleymane Bachir Diagne repousse sans cesse les limites de sa réflexion. Ce porteur du pluralisme religieux au Sénégal dit y avoir appris l’altérité. Ex-conseiller pour l’Éducation et la Culture sous Abdou Diouf de 1993 à 1999, il est considéré comme l’une des figures qui font l’Afrique. Il a marqué les esprits en 2007 avec...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article
AM TV : Toutes nos vidéos

Dans la même rubrique

Pays de plus de 100 millions d’habitants, au cœur du continent, marqué par un fleuve qui court sur plus de 4 700 km, la République démocratique du Congo demeure un géant aux pieds d’argile. Gouvernance hasardeuse, mal-développement, en proie à la voracité de ses voisins comme d’une partie de ses élites… Le « projet » reste douloureusement inachevé et permanent. Les richesses et les atouts sont pourtant là : la population, le potentiel hydraulique, les mines et le sous-sol. Sans compter une créativité bouillonnante qui rayonne bien au-delà des frontières.

Publié en août 2021

Il fut le numéro deux ivoirien, destiné à devenir le numéro un. En juillet dernier paraissaient à Abidjan les mémoires d’Amadou Gon Coulibaly, décédé brutalement un an auparavant.Un récit écrit de septembre 2019 à mars 2020, devenu un témoignage intime, politique et bouleversant. Extraits.

Publié en août 2021

Première Tunisienne à intégrer l’Actors Studio, férue d’anthropologie et de cinéma, elle enchaîne peu à peu les castings et les productions outre-Atlantique et en Europe en imposant un éclectisme particulier et une silhouette de madone. Retour sur un début de success-story qui nous embarque de Tunis à New York, en passant par Palerme.

Publié en août 2021